Carnet d'Egypte

28 Juillet 2013

Arrivée à CDG à 20h30. Enregistrement des bagages vers 22h, mais annonce d’un retard du vol : nous partirons à 5h du matin ! Nuit à l’aéroport. Parties de tarot… mais surtout, longue attente. La Compagnie nous a heureusement offert de quoi manger et boire.     
Départ de l’avion à 4h45, je suis côté couloir avec Jessica et Chloé… qui n’ont jamais pris l’avion ! Je m’endors rapidement, la tête rêveuse de mon enfance me rattrapant… Vers 6h, réveil par une lumière rouge : le lever du Soleil, vu des Cieux… En-cas proposé vers 8h, malheureusement… immonde ! Et puis tout à coup par le hublot apparaît une terre orangée, parsemée de points verts. Terre d’Égypte, me voici ! Atterrissage à 9h15, il fait déjà 34°C. Récupération des bagages, visas, et hop direction l’hôtel en car.   
Les premiers paysages défilent, le Nil apparaît. Comme c’est beau…On dirait une gamine. En plein milieu de Louxor, le temple d’Âmon apparaît. Splendide. Je n’arrive pas à y croire. Notre hôtel est presque en face : l’Emilio. Nos valises sont montées, et nous nous dirigeons sur le toit pour prendre un petit-déjeuner bien mérité. J’y découvre le foul, des fèves cuisinées à merveille avec notamment du cumin que je reconnais. Il paraît que c’est le petit-déjeuner par excellence des égyptiens ! Cadre idyllique : temple de d’Âmon d’un côté et temple d’Hatchepsout de Deir-el-Bahari de l’autre, au-delà du Nil.  
À 14h30, déjeuner au rez-de-chaussée. Soupe de poisson, nuggets de poisson et riz, pastèque en dessert. Repos et sieste pour tous… avant la visite du temple d’Âmon de Louxor….

Le temple, bordant le Nil, s’ouvre sur un pylône avec deux colosses et un obélisque (le second étant chez nous !). En face, Karnak accessible par un dromos bordé de sphinx.       
C’est merveilleux. Le soleil se couche… Lumière merveilleuse. L’intérieur du temple est vaste : enchaînement de salles hypostyles papyriformes, reliefs, statues… Ici se contemplent tant de siècles ! Ramsès II, Akhénaton et même Alexandre le Grand. Je suis abasourdie, je suis toute petite. Je suis heureuse.

On rentre à l’hôtel vers 20h, douche, puis dîner sur le toit à 20h30 : porc, riz, frites, crudités, raisins et figues.

Louxor     Louxor

28 07 3     Louxor

28 07 5

 

 

29 Juillet 2013

Ce matin, levée à 4h45. Au petit-déjeuner, encore du foul accompagné de café. Il fait déjà très chaud. Départ à 6h00 pétantes en car : au programme les colosses d’Aménhotep III, la Vallée des Reines, Deir-el-Medineh et le temple de Medinet Abu.

Dans la Vallée des Reines… visite de la tombe de Khaoumset, fils de Ramsès II. À Deir-el-Medineh, tombes de Nefrou et Sennedjem. Village de briques crues, tombes au-dessus du village. À côté, un grand « puit » de 70 mètres malheureusement raté. En face, en tout petit, le Ramesseum ! Nombreux papyrus retrouvés dans ce puits.    
Temple de Medinet Abu… avec en toile de fond la montagne thébaine. C’est splendide, les pylônes et les salles hypostyles sont bien conservés mais pas l’intérieur de la chapelle. Mur latéral droit avec de nombreuses scènes de batailles contre les Peuples de la Mer notamment. Ces peuples sont par exemple les Chardanes, ceux-là même qui donneront leur nom à l’actuelle Sardaigne. Dans le temple, les plafonds des pylônes ont conservé leurs couleurs avec notamment un bleu très appuyé. Dans la seconde cour, à gauche se trouve la façade du palais. Les hiéroglyphes sont très creusés : particularité de l’art sous Ramsès III.

À midi, déjeuner Chez Mohamed. Restaurant proche du temple, dans un beau jardin avec un arbre âgé de 600 ans ! Repas complet avec crudités, boulettes, riz, légumes, puis thé à la menthe. Au retour, sieste à l’hôtel jusque 17h. À 19h, souk avec Bénédicte. Dans la boutique Habiba, objets artisanaux de qualité et fair trade de toute l’Égypte !        
Après le dîner (délicieux !), au lit vers 22h30.

Deir-el-Medineh          Deir-el-Medineh

Medinet Abu                                   29 07 4

30 Juillet 2013

De nouveau, lever à 4h45. Crêpes au petit-déjeuner ! Départ en excursion vers 6h, direction….

Le temple d’Hatchepsout, Deir-el-Bahari. Trois terrasses avec un décor représentant les activités réalisées sous le règne de la reine comme la levée des obélisques de Karnak. C’est merveilleux…   
Tombes de Lassassif avec celle de Pabasa qui fut grand intendant. Également, tombe de Kherouef. Dans toutes les tombes, bribes du Livre des Morts. Dans la tombe TT de Padi Aménopé, on trouve 6000 m² de paroi écrite ! Transposition de tous les livres, royaux comme privés. Il écrit lui-même qu’il désire que sa tombe serve pour les prochains, les générations futures… c’est-à-dire nous ! Un véritable trésor.    
Le temple de Séthi Ier est impressionnant. Dans les décors, on retrouve son père Ramsès et son fils futur Ramsès II.    
Dans le Ramesseum, pylône très abîmé menant sur deux cours hypostyles aujourd’hui inexistantes. À l’entrée de la cour existante, vestiges d’une statue colossale du roi de 17 mètres. Ho et, surprise… Nous avons pu monter sur le pylône !

Retour à l’hôtel vers 16h pour une bonne sieste. Direction le souk vers 19h. Achat de bijoux et objets en pierre. Splendide ! Néanmoins, être une femme en ville reste difficile… Heureusement que nous sommes en groupe.

Deir-el-Bahari          Ramesseum

Lassassif

31 Juillet 2013

Lever difficile. Départ à 6h pour Abydos à 180 km au nord de Louxor. Passage par le désert ! Nous passons aussi par une ville en plein jour de marché : couleurs, vie, visages… hors du commun. J’ai hâte d’être à Abydos. C’est une ville importante depuis l’époque prédynastique, capitale du huitième nome de Haute-Égypte. On y trouve aussi la tombe UJ avec les plus anciennes preuves d’écriture au monde ! Elle date de 3290 av. ne environ.

Dans le temple de Séthi Ier, bonheur. Temple dédié à sept divinités : la triade osirienne (Osiris, Isis, Horus), Amon-Rê, Ptah, Sekhmeth et Séthi Ier divinisé. Sept entrées donnaient donc sur une chapelle, après une salle hypostyle. La chapelle centrale est celle d’Amon-Rê, mais la plus grande est celle d’Osiris : elle donne sur une salle à dix colonnes et trois petites chapelles.      
Visite du temple de Ramsès II, et puis du temple à Hathor à Denderah, datant de l’époque ptolémaïque. Pas de pylône ou de cour, entrée directement dans la salle hypostyle, restaurée ! Les couleurs sont sublimes, le plafond est encore debout, les colonnes hatoriques de même. Le reste du temple n’a pas été restauré mais est debout, complet. Au-dessus, terrasse dédiée au culte de la renaissance d’Osiris… avec le fameux zodiaque !

De retour à Louxor, nous allons au souk de nouveau chez Habiba mais également chez Adel, qui vend des chèches. Cet homme est un sacré personnage, qui a le cœur sur la main. Un peu après, j’accompagne Bénédicte chercher de l’argent. Nous ne sommes alors que deux femmes dans Louxor. Deux femmes, non égyptiennes. Malgré le fait que nous soyons couvertes, c’est difficile. Être sur ses gardes de façon constante rend l’appréciation de la ville compliqué.

Marché               Marché               Denderah

31.07 (4)          Denderah 

1er Août 2013

Aujourd’hui, dès 6h, raid sur la montagne thébaine pour atteindre la Vallée des Rois à pieds. Paysage superbe de tout là-haut ! Je réalise où je me trouve, c’est fou.

01 08

 

Dans la Vallée des Rois… Visite de la tombe de Ramsès IX, de celle de Ramsès III, également celle de la reine Taousert… et puis de la tombe de Toutânkhamon ! Avec sa momie, d’ailleurs.      
Dans la vallée des Nobles, je vois les tombes de Sennefer, Ramose et Rekhmirê. Enfin la tombe aux vignes, au jardin rabattu, aux pleureuses ! l’endroit est magnifique, on y voit la « pyramide » thébaine. Toutes ces tombes vues… C’est curieux, cette atmosphère. On descend dans la terre, tout semble endormi et paradoxalement cela remue, ravive des pensées. « Lorsque l’on a descendu les escaliers, on a remonté le temps. » Tout aussi simplement…

2 Août 2013

Aujourd’hui, petit-déjeuner consistant pour se préparer à une grosse matinée. Direction Karnak !!

Le temple d’Amon à Karnak représente près de 2000 ans de travail, on y trouve plusieurs unités.
Le pylône 1 et sa cour (dynastie 30) est non achevé. On y voit la méthode de construction de ce haut mur ! Les pierre étaient acheminées sur des rampes avec un mince filet d’eau devant le traineau. La rampe monte en même temps que la construction. Retrait des rampes pour polir et travailler la pierre avec les échafauds.       
Le second pylône, avec deux béliers à l’entrée, date d’Horemheb (dynastie 18). Ensuite, trois chapelle-reposoirs pour la triade du temple : elles datent de la dynastie 19, sous Séthi II. Toujours dans la première cour, Ramsès III (dynastie 20) a créé un autre temple reposoir. Les murs et les colonnes de la cour datent de la dynastie 22, sous les Boubastides.
À la dynastie 25, Taharqa crée un kiosque au milieu de la cour à la place des béliers d’Horemheb. Colonnes de 21 mètres ! On voit également les restes d’obélisques et de statues de Ramsès II devant le second pylône.
Dans la salle hypostyle, 134 colonnes papyriformes ! Salle autrefois fermée d’un toit. Pour construire ces colonnes si hautes, on remplissait l’intérieur de la salle de sable/terre. Cette salle a été commencée sous Séthi Ier, finie par son fils Ramsès II.       
Le troisième pylône date d’Aménhotep III. Dans la cour qui suit, on trouvait avant la chapelle blanche de Sésostris Ier : il ne reste qu’un quart de l’obélisque, datant de Thoutmôsis Ier. Les obélisques marquaient la croisée des deux axes de l’ensemble du temple, la rencontre entre les dieux et le roi/les égyptiens. C’est à partir d’ici que le « vrai » temple commence.
Le quatrième pylône date de Thoutmôsis Ier. Sa cour comprend des obélisques érigés sous le règne de la reine Hatchepsout. On y trouve également des colonnes avec le roi en position osiriaque tenant le lacet ankh.   
Le cinquième pylône a été érigé par Thoutmôsis Ier également, le sixième par Thoumôsis III. Il comprend des piliers héraldiques et la chapelle de la barque. Puis, temple de la Maât (côté Nord-Est) et cour du Moyen-Empire qui est la partie la plus ancienne et la plus sacrée : c’est le temple d’origine, construit par Sésostris Ier en l’honneur d’Âmon. L’Akh-Menou (salle des fêtes) jouxte la cour. Statues royales osiriaques et chapelle des Ancêtres. Certaines colonnes et leurs socles ont été taillés après leur construction afin de faire de la place pour laisser passer la barque. On trouve aussi une salle dite le jardin botanique : représentation sur les murs de toutes les plantes connues, celles des autres pays et même des plantes imaginaires : représentation du monde !

Retour à l’hôtel pour notre dernière soirée à Louxor. Comme c’est passé vite… Mais le voyage ne fait que continuer !

Karnak        Karnak        Dessin Baroudeuse

Karnak

3 Août 2013

Journée plus reposée, réveil à 7h30 et départ de l’hôtel à 9h avec toutes nos valises.

À Moalla, visite de la tombe d’Ankhtyfy qui fut seigneur des trois premiers nomes durant la Première Période intermédiaire. À Khnoum, visite du temple d’Esna qui se trouve neuf mètres en-dessous de l’actuel niveau de la terre. Il ne reste plus que la première salle hypostyle, 18 colonnes à chapiteaux composites. Époque ptolémaïque/romaine. Khnoum est le dieu créateur qui façonne la vie. Ici, il est montré donnant la vie à l’empereur romain Septime Sévère.

Arrivée à la péniche vers midi : déjeuner, puis sieste sur le pont. Après-midi détente qui fait du bien après une première partie de voyage très éprouvante mais passionnante. L’équipe de notre dahabeya est vraiment adorable. Et comme on y mange bien ! La péniche est très belle, avec un pont tout en bois. Les filles avec qui je suis censée partager ma chambre (du moins… chambre dans laquelle j’ai posé mes affaires) vont se coucher après le dîner, avec tous. Moi, je décide de dormir à la belle étoile sur le pont, avec une moustiquaire évidemment.

Khnoum           Khnoum

03 08 3

4 Août 2013

Réveil à 6h50 par Sameh, notre guide. La dahabeya navigue déjà. Nous amarrons vers 8h après notre petit-déjeuner.

Visite de la tombe de Pahari à El Kab, datant de la dynastie 18. Pahari était le tuteur du prince royal. Visite également de la tombe de Setaou qui fut le premier prophète de Nekhbet. La tombe d’Ahmès, fils d’Abana, date de la dynastie 18. Elle raconte les guerres contre les Hyksôs, et donc la naissance du Nouvel Empire.

Retour sur la péniche vers midi. Détente, déjeuner, puis sieste pour les autres pendant que je dessine. Le paysage est sublime, ce vert est comme synonyme d’Eden ici et prend tout son importance. Il représente la vie. Et ce Nil est si calme…

Visite du temple d’Edfou dédié à Horus et Hator. Il date de l’époque ptolémaïque : c’est le temple le mieux conservé d’Égypte, il ressemble à celui de Denderah. On le date entre 300 av. ne et 54. Son pylône mesure 36 mètres de haut, c’est le plus haut d’Égypte ! Les pylônes représentent l’horizon : les deux montagnes avec le soleil se levant au centre. Les statues du dieu sont à l’entrée et remplacent les oriflammes. Cour avec colonnes à chapiteau palmiformes ou composites. Les nomes sont représentés par un homme (désert) et une femme (fertilité/Nil), avec les montagnes. La première salle hypostyle comporte douze colonnes. Elle mène au curgatorium et à la bibliothèque. La deuxième salle hypostyle, de douze colonnes également, a en annexe une pièce pour l’eau, une pour les étoffes, une pour les objets de culte, et le laboratoire. On trouve également par la suite la salle des offrandes (avec un accès au toit), le naos en granit, et la chapelle pure.

Retour sur la dahabeya. Au dîner en dessert, je goûte à un gâteau égyptien très bon : le kounafa. Encore une fois, je me prépare à dormir sur le pont. Coucher vers 22h30, après avoir longuement regardé les étoiles… Je me plonge avec plaisir dans ce si bel univers.

Edfou          Edfou

Désert

 

5 Août 2013

Réveil à 4h15 pour moi, pour pouvoir admirer et dessiner le lever du Soleil. C’est parfait, les couleurs me réchauffent et j’entends, vois, peu à peu la vie s’éveiller. Des oiseaux pêchent, d’autres chantent, un âne braie. Une petite barque de pêcheurs glisse lentement sur l’eau, sans déranger, guidée par deux hommes.     
Je suis seule spectatrice de ce Monde, qui s’offre à moi, bientôt rejointe par le Soleil qui illumine les arbres pour leur reprendre leur ombre et leur donner vie. Une légère brise souffle. C’est comme si, à mon tour, elle me donnait vie. Je suis en vie, à nouveau, et le Soleil vient maintenant caresser ma peau à la manière d’une étoile.      
Sameh est arrivé sur le point à 6h pour réveiller les filles. Petit-déjeuner, puis préparation pour une marche dans le désert !

Départ à 7h15. Reg, Nil à côté, dunes de sable, la combinaison des trois est hors du commun. Sur le chemin on observe des graffitis néolithiques de girafes ! Puis, arrivée sur un grand rocher. Au sommet, le désert à perte de vue.       
Ensuite, après un bref retour à la péniche, direction Gebel el Silsileh où se trouve une carrière de grès exploitée dès le Nouvel Empire et jusque l’époque romaine.

Retour sur la dahabeya pour le déjeuner… Puis baignade dans le Nil !

Ce soir à nouveau je dormirai sur le pont.

05 08

6 Août 2013

Réveil à 5h pour profiter du paysage. Il reprend vie peu à peu à chaque son, chaque couleur. Sublime, encore une fois. Je pourrais rester là des heures entières, même les yeux fermés, à écouter la Nature chanter. Le pont est un peu humide, la rosée me ravive.

Visite du temple double à Sobeck et Horus l’Ancien, à Kom Ombo. Il date de l’époque romaine. On trouve dans ce temple un calendrier de 360 jours découpés en 12 mois et 30 jours par mois, plus 5 jours de fête. Trois saisons rythment l’année. Vision circulaire du temps.

Retour vers 11h à la dahabeya : nous déjeunons de délicieux pigeons farcis ! Puis repos devant Astérix et Obélix mission Cléopâtre. Baignade. Nous préparons ensuite la soirée : au programme, musique et dîner sur la plage ! Keftas au menu. L’ambiance est bonne. L’équipage se regroupe pour chanter : on se met alors à danser, à les accompagner dans leurs chants égyptiens. On se retrouve ensuite sur le pont avant de dormir pour discuter, échanger, rire. Je me couche sur le pont.

Kom Ombo          Kom Ombo

7 Août 2013

Réveil naturel vers 6h30, aujourd’hui j’avais besoin de dormir. Ce matin tout le monde se repose un peu, séance visionnage de photos également, moi je dessine.

Visite à Assouan de l’obélisque inachevé : 42 mètres ! On estime son poids à 1200 tonnes. Ce sont des fissures qui ont contraint les tailleurs à abandonner le projet. Cet obélisque aurait été le plus haut de tous.    
À Philae, visite du temple d’Isis qui a été déplacé pour cause d’inondation. L’île originale est celle qui contiendrait la dépouille d’Osiris. Le temple comprend un kiosque inachevé construit par le romain Trajan. Cour, pylône avec scènes de massacre traditionnelles où Ptolémée XII offre les ennemis à Isis. Dans le mamisi chapiteaux hatoriques et composites. Texte en hiéroglyphes et en démotique : décret d’un prêtre pour remercier Ptolémée V : même texte que sur la pierre de Rosette ! Second pylône puis salle hypostyle avec un autel d’une église du VIè siècle.

Direction le souk d’Assouan pour aller dans une parfumerie : huiles, essences, fioles en verre… et droit à un massage gratuit ! On continue ensuite la visite du souk, avec notamment une boutique d’épices qui attire nos sens…

07 08          07 08 2

8 Août 2013

J’ai mal dormi cette nuit. Peut-être que la fin du voyage me travaille.

Direction Éléphantine ! Visite de la tombe de Sarenpout Ier, gouverneur de la ville sous Sésostris Ier. On voit également les vestiges d’une église du VIè siècle qui faisait partie du monastère de Saint-Siméon. Autel avec un Christ Pantocrator. Visite des tombeaux de Mekhou et Sabni (père et fils).
Musée de la Nubie : sublime ! Bien fait, bien pensé.

Pour le déjeuner, poulet et purée maison avant de faire la sieste. Je stress, Bénédicte me donne de l’ambre pour l’asthme qui me prend tout à coup. Après le dîner, je prends le temps de signer dans le Livre d’Or de la dahabeya. J’y dessine un lever de soleil que j’accompagne d’un texte.

« La petite mélancolie, la petite mélodie, résonnait déjà depuis longtemps quand elle fit apparaître le Soleil. Il glissa sur l’eau pour caresser doucement sa Reine, sans un bruit, et révéler avec elle mille et une merveilles. Le Nil était d’or, les castafiores de plumes entamaient leurs plus belles odes, et alors la Nature chanta et se dénuda.     
Hamdi, « Nakhti », « Pablo », ils étaient là pour accueillir le clan Pasta Box ! Des regards, des fous rires, des plumes dansantes, des scorpions moelleux dans les lits…       
Très beau voyage, encore merci à cette belle équipe et au Nil. À bientôt, pour de nouvelles aventures… »

Eléphantine          Eléphantine

9 Août 2013

Réveil à 2h30 et départ en convoi à 3h15 : direction la Nubie (d’où l’escorte) ! Pour quoi ? Pour quel endroit ?

Abou Simbel ! Arrivée à 8h15. Abou Simbel était un village de pêceurs et d’agriculteurs. Lieu sacré où il y aurait eu un culte à Hator. Les temples sont des frontières de l’Égypte : les colosses symbolisent la force contre d’éventuels envahisseurs. Ramsès II est adoré sous forme solaire, Nefertari sous la forme de l’étoile Sirius. C’est ici que les tributs nubiens étaient payés.   
Façade du temple de Ramsès avec une frise ornée de babouins debout en adoration vers l’Est. Puis, frise au nom du roi protégé, et frise potocolaire. Les quatre colosses font 20 mètres de haut. Leur sourire fait un mètre ! La mère et la sœur de Ramsès sont représentées à ses côtés, ainsi que deux princes et une princesse. Un des colosses s’est cassé lors d’un séisme en l’an 23 du règne de Ramsès II : traces de restauration de l’époque !    
Salle à piliers osiriaques, vautours au plafond. La bataille de Qadesh est représentée sur le mur Nord. On a ensuite une salle à quatre piliers, une vestibule, et le sanctuaire avec les statues de Ptah, Âmon, Ramsès II, Rê-Horakhty. Ptah est sur le côté gauche : il n’est jamais éclairé par le soleil qui pénètre dans le temple les 21 février et 21 octobre.

Voir apparaître ce temple devant moi a été une belle émotion, un aboutissement tant personnel que réel. Ramsès était là, et moi toute petite j’ai ouvert grand mes yeux pour essayer de tout capter. Je me suis souvenue de mon regard hébété de gamine lorsqu’à la télévision on diffusa un reportage sur ces vieilles pierres. J’étais subjuguée, et je le suis encore. Lorsque l’on se retrouve face aux statues divines dans la chapelle, on a presque envie de se recueillir. Étrange sensation… Ces pierres ne sont peut-être pas divines, mais elles sont chargées d’histoire. Elles sont magiques, elles m’ont émerveillée.

Voilà notre dernière visite du voyage achevée, magnifiquement je dois dire. Pincement au cœur. Je ne sais pas quand je pourrais retourner en Égypte. Je ne sais pas quand je pourrais refaire un voyage aussi splendide, avec des personnes merveilleuses. Sameh est un très bon guide et un homme plein de surprises. Dominique est plein de ressources, un égyptologue passionné. Bénédicte est un ange, je lui prédis un bien bel avenir professionnel. C’est une femme sensationnelle, pleine de vie et intelligente.

« Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage… »

Retour sur le bateau vers 13h30. Cet après-midi on se repose, on savoure. Je fais le portrait du capitaine de la dahabeya, Salama. Je repense à tout ce que j’ai accompli lors de ce voyage.

Ce soir, c’est notre dernier apéro. On se détend, on chante, on tente de ne pas montrer que l’on ne veut pas partir. Après le dîner au dessert, l’équipage vient chanter et nous dansons. Vient le tour des remerciements par Dominique. Le chef apporte un superbe gâteau. Et puis on regarde les étoiles égyptiennes une dernière fois… On se souvient de notre premier soir à Louxor où Dominique nous apprenait à lire la carte du ciel.

Nubie       Abou Simbel

Abou Simbel                   Abou Simbel

10 Août 2013

Lever du Soleil sublime aujourd’hui, tout de rouge vêtu. Certains se lèvent aussi pour le voir, à moitié endormis. Ils sont émerveillés, ils me remercient de les avoir incités à se lever voir la Nature à l’œuvre. Je suis fière qu’ils aient vu ça. Petit-déjeuner, finitions des valises. Je dessine Abdeilsatr-Ahmd aussi, membre de l’équipage, qui voulait un souvenir.

À midi, départ d’Esna pour Louxor et son aéroport.

Dahabeya Queen Farida

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 21/06/2016

×